Visites

 951471 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Un petit poème apaisant

Foetus dans le ventre de ma mère
J'ai fumé mon premier cigare
Quand mon père sautait ma mère
Entre mes lèvres, sans crier gare
Rentrait sa bite mon père.
Petit foetus fripouillard
J'aimais le cigare de mon père.




Du mou pour le chat

Deux gros cons de poumons
En cage thoracique
Deux gros cons de poumons
Mous comme de la chique
Ne vivent que d'air pur
Ces deux grosses enflures

Mais pour emmerder
Ces deux gros pédés
Je les ai enfumés
Ca les a fait tousser

Pas question que j'arrête
Mes potes cigarettes
Sont devenus tubards
Les deux gros connards

Ma cage thoracique
N'est pas une clinique

J'vais les foutre en l'air
Y mettre un hamster
Et aussi une roue
Pour qu'il fasse joujou !




Poème

Ah ! Se branler sur un toit
Un jour de grand vent
Voir s'envoler devant soi
Sa semence... Emouvant !

Heureuse la femelle largement arrosée
De sperme éparpillé en gouttes de rosée
Pour féconder l'ovule qui attend
Au fond de son ovaire le coeur battant

Ah se branler sur un toit
Un jour de grand vent
Voir s'envoler devant soi
Sa semence... Craintivement !

Arrivera-t-elle intacte jusqu'à destination
Pour accomplir la belle et divine mission
De reproduire l'espèce, reine de la création ?

Angoisse naturelle du mâle dès l'éjaculation
Et si, par malheur, un oiseau
Happait dans l'air les spermatos
On se serait branlé pour rien ?

A moins que le rapace vaurien
Conscient d'avoir mangé des humains
N'aille déféquer dans un vagin.


Date de création : 28/01/2008 20:57
Dernière modification : 28/01/2008 22:08
Catégorie : Textes -
Page lue 12355 fois
Précédent  
  Suivant