Visites

 865438 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Ils ont faussé les statistiques

Je recherche deux escrocs
Ma marraine et mon parrain
Portrait-robot
Mon parrain un sac à vin
Ma marraine toujours pleine
Signe particulier
Puent des pieds !

Ils m'ont arraché du berceau
Les salauds
M'ont porté jusqu'aux fonts baptismaux
Les cathos
Sur ma bouche qui cherchait le sein
Les sagouins
Ont mis du sel de cuisine
Les sagouines
Et la question croyez-vous en Dieu
Nom de Dieu
Ils ont répondu pour moi
J'y crois !

Refrain:

Ils ont faussé les statistiques
Je suis baptisé catholique
Moi athée jusqu'au bout des pieds
Y'a vraiment de quoi rigoler !
Ils ont faussé les statistiques
Je suis baptisé catholique
Moi, athée jusqu'à la moelle
Moi qui ne crois qu'en ma poubelle !

Sur mon petit crâne sphérique
Les sadiques
Ils ont versé de l'eau non potable
Les misérables
Soi-disant qu'elle était bénite
Les bandites,
Et à la question croyez-vous en Dieu
Nom de Dieu
Ils ont répondu pour moi
J'y crois !

Refrain:


Après ça sont allés bouffer
Les empaffés,
J'ai même retrouvé le menu
Je l'ai lu...
Entrée : Oeufs mimosas.
Cré vingt dieux ! Des fleurs à c't'époque-là !
Puis vint une truite aux amandes
Sarabande !
Et pour les inciter à boire,
Un loquedu raconta l'histoire
L'histoire du crabe dans le désert
Qui à jeun marche de travers
Et qui se met à marcher droit
Dès qu'il boit ...

Refrain:


Final:

Eh, Germaine
La poubelle est pleine
Descends Dieu dans la cour
Aujourd'hui, c'est ton tour !






Bique et bouc

Refrain:
Bique et bouc, bouc et bique
Bique à voile, bouc à vapeur
Bique et bouc, bouc et bique
Bique à voile, bouc à vapeur

Un trou de femme ou un trou d'homme,
C'est toujours un trou en somme
Fille d'Eve ou fils d'Adam
C'est fait pour qu'on rentre dedans
Sexologiquement parlant,
C'est blanche-sexe et sexe blanc

Refrain

Inverti et travesti,
Tous les soirs après minuit
Hétéro et bon mari
Tous les jours sur l'coup d'midi
Vingt-quatre heures bien remplies,
Sans même un torticolis

Refrain

Une main dans une fente vulvaire
L'autre sur un phallus en fer
Dans la bouche une pointe de sein
Dans l'derrière un doigt câlin
Pas le temps d'faire l'inventaire,
Si ce n'est elle c'est donc son frère!

Refrain

Quels que soient les partenaires,
Autour des os la même chair
Fesses de truie ou de cochon
N'ont qu'un nom, c'est du jambon
Jambon sec ou avec beurre,
Au goût du dégustateur

Refrain

Les sens en état d'alerte
Slip en soie ou paire de guêtres
Emotion automatique
Réglée comme la mécanique
Boulon mâle, écrou femelle
Sans oublier la rondelle

Refrain

Ce qu'a donné la nature
Au-dessous de la ceinture
Côté lisse, côté fourrure
C'est comme pour les confitures
Faut taper dans tous les pots
Pour en apprécier l'sirop !...






La Testiculance

"On a chanté l'enfance, on a chanté l'adolescence, on a chanté les adultes, l'amour, la vieillesse et la mort, mais on n'a encore jamais chanté le bon temps que nous avons tous passé dans les testicules de nos papas.
En souvenir du bon temps que nous avons tous passé entre les jambes de nos papas, voici La testiculance !"



Etions spermatozoïdes
Petites bêtes ovoïdes
Entre les jambes de Papa
Souvenons-nous étions bien là
C'était la sécurité
Avions chaud et à manger
Pas peur de la solitude
Etions une multitude
Dans l'espace de deux noix
Entre les jambes de Papa

Après la chouette testiculance
Il y a eu l'enfance
Alors-là parlons-en de l'enfance!
Petit con boursouflé débile
Toute la journée dans la gueule
Un biberon en caoutchouc synthétique de merde
Pense qu'à téter et à chier
Dans ses couches anti-fuites de merde
Et il a pas chié le petit con
Et il a pas fait son rot le petit con
Et on va lui taper dans le dos au petit con
Pour qu'il fasse son rot de merde
Et guili-guili, et guili-guili
Il ressemble à son père de merde
Et guili-guili
Il a les yeux couleur merde
De sa mère de merde
Petit con boursouflé débile
Dans son berceau en dentelles de merde
Sur cette planète de merde

Ah la testiculance ! Ah la testiculance !
Vive la testiculance!

Entre les jambes de Papa
On s'marrait en plus de ça
Quand il grimpait sur Maman
Ah ! là là, c'était marrant
Ca giclait comme un piston
Dans le moteur à explosion
Et nous dans les roubignoles
On swinguait la carmagnole
Tralalère et tralala
Entre les jambes de Papa !

Alors après l'enfance débile il y a l'adolescence de con
Alors là, s'il y a un âge con
C'est bien l'adolescence de con
Première émotion sexuelle
Ca lui gratouille entre les cuisses au jeune con
Branle-toi, fais pas chier l'monde
Avec des boutons d'acné plein sa gueule de merde
Et on lui fait faire des études au jeune con
Deux et deux égalent merde
Jeune con d'adolescent de con
Et on lui apprend à aimer les fleurs au jeune con
Les fleurs t'emmerdent
Et on lui apprend à aimer les arbres au jeune con
Les arbres t'emmerdent
Jeune adolescent de con, sur cette planète de merde

Ah la testiculance ! Ah la testiculance !
Vive la testiculance!

Entre les jambes de Papa
Quand Papa faisait caca
Le fessier sur la lunette
Nous, dans notre aéronef
Au-dessus de l'eau de la cuvette
Où clapotaient les reliefs
Aéronef en mouvement
Quand Papa faisait des vents
Balançions de-ci de-là
Entre les jambes de Papa !

Alors les jeunes cons d'adolescents
Sont devenus des gros cons d'adultes
Alors là si la terre de merde elle porte des gros cons
C'est bien les gros cons d'adultes
Croient tout savoir, les gros cons
Savent rien, les gros cons
Font les malins, les gros cons
Pour traverser une rivière
Faut qu'ils construisent un pont, les gros cons d'adultes
Famille de cons
Travail à la con
Veulent pas louper le feuilleton de la télévision les gros cons
Les pieds dans leurs pantoufles de merde
Gros cons d'adultes
Sur cette planète de merde

Ah la testiculance ! Ah la testiculance !
Vive la testiculance !

Mais un copain spermato
Voulant faire le rigolo
Nous a poussé vers le trou
Quand Papa tirait un coup
Et c'est comme ça qu'on est là
Tous ensemble sur nos pieds plats
Finie la testiculance
Fini le temps de l'insouciance
Ah ce salaud d'spermato
Qui nous a poussé dans l'dos

Alors après toute cette vie de merde, y'a la vieillesse
Alors là, c'est même pas la peine qu'on en parle
Quand on est vieux on existe déjà plus
On est foutus
On est même plus bons à bouffer
Dans la gueule on a plus de dents
Ou alors elles sont toutes fausses
Vieilles serpillières de merde
Un pied dans la tombe
Un pied pour nous faire chier
Heureusement, vont bientôt crever
Vont débarrasser le plancher
Vieilles serpillières de merde
On va faire un grand trou
On va les foutre dans le trou
De la terre par dessus
Et on en parlera plus !

Ah la testiculance ! Ah la testiculance!
Vive la testiculance !

Etions spermatozoïdes
Petites bêtes ovoïdes
Entre les jambes de Papa
Souvenons-nous étions bien là
C'était la sécurité
Avions chaud et à manger
Pas peur de la solitude
Etions une multitude
Dans l'espace de deux noix
Entre les jambes de Papa






Cucul la praline, Caca Chocolat

La terre est une crotte de nez
Que Dieu avait dans son nez
Il en a fait une boulette
Qu'il a jetée au dessus de sa tête
Tous les anges ont dégueulé
C'est comme ça que la terre est née
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain:
Cucul la praline
Caca chocolat
Cucul la praline
Caca chocolat
Chocolat, chocolat, chocolat !

L'estomac des ruminants
A quatre compartiments
Dont un non-fumeurs
Attention au contrôleur
Celui qui fume dans la panse
Aura une contredanse
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain

La femme est l'avenir de l'homme
Dit le poète quand il déconne
La femme est l'avenir de l'homme
Qu'on chante pour flatter la conne
Rien n'est l'avenir de personne
Sauf l'asticot qui consomme
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain

Entre la bouche et l'anus
Reliés par un boyau
Soixante centimètres pas plus
De distance à vol d'oiseau
Et quand on se roule un patin
La langue est dans l'intestin
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain

Quand on veut se suicider
On s'allonge sur la couche
On se tire une balle dans la bouche
Mais avant de l'avaler
Faut surtout bien la mâcher
Si on veut la digérer
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain

Le supplice de la baignoire
Avec dedans du caviar
Est beaucoup plus supportable
Qu'avec de l'eau non potable
Souvent par timidité
Le client n'ose pas demander
Y'a rien de pire que l'ignorance
On s'instruit pendant qu'on danse

Refrain






La Javice

C'est la java de l'inceste
Illicite
Celle qu'on danse avec sa nièce
La petite
On s'approche à petits pas
Et on dit
Suce tonton, c'est du nougat
Garanti
Sans sucre ni colorant
Le zizi
Ne fait pas tomber les dents
Des petits

Refrain
Ah que c'est beau la javice
La java de tous les vices

C'est la java des homos
Sexuels
Qu'on danse avec un travelo
En dentelles
Et l'on tient son partenaire
A l' envers
Le pénis dans son derrière
Grand ouvert
Et on marche à petits pas
En cadence
Mettre sa verge dans le caca
Porte chance

Refrain

C'est la java du plaisir
Solitaire
Celle que danse avant de dormir
Le Saint Père
On se masturbe à petits pas
Des dix doigts
On éjacule à dix pas
Devant soi
Faire danser la veuve poignet
Formidable !
Ne marche jamais sur les pieds
De son mâle

Refrain

C'est la java des lesbiennes
En chaleur
Qui tortillent de l'abdomen
Sans pudeur
Une main dans la culotte
Farfouilleuse
Elles se caressent la motte
Bien juteuse
Et elles poussent des petits cris
Hi! Hi! Hi!
A chaque fois que jouit
L'trou pipi

Refrain

C'est la java des amants
Masochistes
Qui se fouettent jusqu'au sang
Et persistent
Jusqu'à temps que la douleur
Intensive
Se transforme en grand bonheur
Oh! Surprise
On arrête de danser
Attristé
Lorsque la corde du fouet
Est usée

Refrain

C'est la java des bipèdes
Zoophiles
Qui aiment les palmipèdes
C'est facile
Par les ailes chopent le canard
Coin coin coin
Dans le croupion rentrent leur dard
Tsoin tsoin tsoin
Les petites pattes de la bête
En mesure
Gigotent contre les roupettes
Oh ! Luxure

Refrain






Les pages rouges du bottin

L'assassin fait un dur métier
A l'heure du crime il faut se lever
Et pour tuer prestement
Par la lame qui saigne à blanc
Il étudie l'anatomie
Il sait par où s'en va la vie
Et qu'on peut pas saigner la vieille
En lui coupant le gros orteil

Refrain
Y'a assassin et assassin
Y'en a des moches, y'en a des biens
Se faire assassiner c'est rien
Si on n' tombe pas sur un sagouin
Y'a assassin et assassin
Y'en a des moches, y'en a des biens
Pour trouver un bon assassin
Voir les pages rouges du bottin

L'assassin doit se cultiver
Lire des revues spécialisées
Apprendre le geste du semeur
Du semeur qui sème la peur
Et que planté dans la poitrine
Le couteau ne prend pas racine
Mais qu'un couteau planté dans le dos
Devient un joli portemanteau

Refrain

La chair humaine c'est pas du lard
Le dépeçage est tout un art
L'assassin véritable artiste
Avec un doigté de pianiste
Ne découpe pas Monsieur Dupont
Comme on découpe le cochon
Pour obtenir de beaux jambons
Faut suivre le contour du caleçon

Refrain

L'assassin est un gastronome
Il sait apprécier le jus d'homme
Chevalier du taste-sang
Il goûte dans une coupe en argent
Le sang de l'adulte est gouleyant
Il a de la robe le sang de l'enfant
Ah! bon sang de bon sang de bon sang
Qu'elle serait triste la vie sans sang

Refrain






Mamamoudia

Quarante degrés à l'ombre...
Et il n'y a pas d'ombre...

Un singe lèche un caillou brûlant
En rêvant d'une glace au chocolat fondant
Un crocodile oscille en cale sèche
Dans la mare archi-sèche

Quarante degrés à l'ombre...
Et il n'y a pas d'ombre...

Une autruche s'arrache les plumes des ailes
Pour donner de l'air à ses aisselles
Les mouches fixent les bouses sèches
Comme des ivrognes attablés devant un os de seiche
Au loin un lion rugit
Il a posé une patte sur une pierre rôtie

Quarante degrés à l'ombre...
Et il n'y a pas d'ombre...

La scène se passe en Afrique

La scène se passe en Afrique
Quelque part sous les tropiques
Un couple de nègres sympathiques
Et un enfant étique
L'enfant tient dans ses mains une écuelle
Qu'il fixe de ses larges prunelles
La mère contemple ses gris-gris
Et le père à l'enfant dit :
- Toto, mange ton pila-pila !
- Non papa, j'mangerai pas mon pila-pila !
Et j'm'appelle pas Toto,
J'm'appelle Mamamoudia !

- Pour la dernière fois, Toto,
Tu vas manger ton pila-pila!
- Non, papa, j'mangerai pas mon pila-pila !
Et j'm'appelle pas Toto,
J'm'appelle Mamamoudia !
- Ecoute, Toto, si tu ne manges pas ton pila-pila,
Je laisse tomber le totem sur tes pieds plats !
- Non, papa, j'mangerai pas mon pila-pila !
Et j'm'appelle pas Toto,
J'm'appelle Mamamoudia !

Alors la mère abandonnant ses gris-gris
Se tourne vers le père et lui dit :
- Arrête de le taquiner,
Tu vois bien que tu le fais pleurer !

Partant d'un grand éclat de rire, Ah! Ah ! Ah!
Le père répondit : Ah! Ah! Ah!
C'est pas parce que le gosse a rien dans l'écuelle
Qu'on peut pas se fendre la gamelle,
Avec un truc rigolo,
Comme une histoire de Toto !

Allez viens, Mamamoudia,
Viens Mamamoudia,
De l'humour, ta mère elle n'en a pas,
Allez viens, Mamamoudia,
On va aller se taper un ruta,
Chez la mère Baga
Rutabaga, Ah! Ah! Ah!
Rutabaga, Ah! Ah! Ah!
Rutabaga, Ah! Ah! Ah!
Rutabaga, Ah! Ah! Ah!






Le tango des affamés

L'estomac dans les talons
Ils traînent les pattes comme des cons
Ils peuvent pas danser la valse
Ils sont pas assez vivaces
Heureusement qu'il y a le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
La danse qui fatigue pas trop

Bonne nuit les petits affamés
Le marchand de sable est passé
Demain au petit déjeuner
Vous en aurez une poignée
Heureusement qu'il y a le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
Tape-moi dans le dos que je fasse mon rot

Bonne nuit les petits affamés
Le marchand de sable est passé
Demain au petit déjeuner
Vous en aurez une poignée
Heureusement qu'il y a le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
Tape-moi dans le dos que je fasse mon rot

Merci aux gens de l'UNICEF
Qui leur payent des T.S.F.
Merci aux danseurs mondains
Qui les prennent par la main
Heureusement qu'il y a le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
C'est pas demain qu'ils vont chier gros

Dans cette ambiance squelettique
C'est nécessaire la musique
Pour que les tubes digestifs
Oublient le goût du rosbif
Heureusement qu'il y a le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
Serre-moi pas trop je sens tes os

C'est pas sexy une carcasse
Mais n'ont pas d'armoires à glace
Pour constater qu'elles sont moches
Leurs cuisses comme des manches de pioche
Heureusement qu'il y le tango
La danse qui fatigue pas trop
Tango, tango, tango
Gonfle tes joues et tu seras beau

Stop ! stop ! stop !
Pas de valse on a dit !
Vous voulez les faire crever bande d'énervés !
Tango, tango, tango

Attention, messieurs les danseurs
C'est la dernière! et maintenant...
Mangez vos cavalières.






Combien qu'on a de verres dans le nez !

Sur nos chaussures à bascule
On est tous des funambules
Et si par hasard on glisse
On atterrit sur le coccyx
Et c'est les quatre fers en l'air
Que l'on boit les derniers verres

Refrain
Combien qu'on a des verres dans le nez ?
On n'a pas eu le temps de compter
Ben quoi... on peut pas tout faire
Boire et puis compter les verrres
Les forts en calcul mental
Diront qu'on a bu pas mal

Ca plane, on est cerf volant
On danse, poussés par le vent
En avant, en virevoltant
En arrière en zigzagant
Puis on remonte en chandelle
Avec un bon coup dans l'aile

Refrain

Etat suprême ethylique
Magnifié par la musique
On s'agite on remue des fesses
La danse ça fait fondre la graisse
On n'a plus un poil de sec
Y'a que les verres qui ont le cul sec

Refrain

Du carburant plein les veines
L'équivalent au kérosène
Eteignez les cigarettes !
Ce serait dommage que ça pète
Avant d'avoir bu le dernier
Qu'empêche de se déshydrater

Refrain

Biture phénoménale
A faire crever l'animal
Le poisson rouge est sur le dos
On vomit le long des rideaux
Et les nénettes exagèrent
Voilà qu'elles pissent dans les verres !

Refrain






La chanson bête

Bête, bête
Bête
On n'a jamais fait plus bête
Bête, bête

Comme le mouton que l'on tond (choeur: bêê, bêê)
Pour lui mettre un pantalon
Quand on le passe au tournebroche
La monnaie tombe de ses poches
Dans le plat qu'on a mis dessous
Pour faire de la sauce aux sous

Bête, bête
Bête
Oh! là là qu'est-ce que c'est bête
Bête, bête

Dans la forêt incendiée (choeur: pin pon! pin pon!)
Un fou avec un panier
Sous les cendres ramasse les braises
En croyant que ce sont des fraises
Que c'est bon les fraises des bois !
Dommage que ça brûle les doigts

Bête, bête
Bête
Difficile de faire plus bête
Bête, bête

L'histoire du toréador (choeur: olé! olé!)
Qu'a une puce dans le maillot de corps
Et quand elle lui gratte le dos
S'frotte sur les cornes du taureau
Le matador en est mort
La petite puce elle vit encore

Bête, bête
Bête
Mais il y a encore plus bête

C'est le cuisiner qui pleure (choeur: sniff! sniff! sniff! ron...)
Car il est un homme de coeur
A chaque fois qu'il bat l'omelette
A coups de fouet dans une assiette
Il est contre la torture
Il ne mange plus que des oeufs durs

Bête, bête
Bête
Ah non mais là c'est trop bête
Bête, bête

Un mec élevait des tatous (choeur: un zinzin! un zinzin!)
Le tatou s'vend pas du tout
Il tatoua ses tatous
Et maintenant il vend tout
Tatouée la peau de tatou
C'est joli et cher comme tout
Le tatoueur de tatous
Est devenu riche et tout
Si t'as des tatous, t'as tout
Si tu tatoues, tes tatous

Bête, bête
Bête
Oh putain qu'est-ce que c'est bête !
Bête, bête
Bête
On n'a jamais fait plus bête
Bête bête...






Taxi pour l'enfer - Tube d'enfer

Mort depuis avant-hier
On m'emporte vers le cimetière
Dans le fourgon mortuaire
De ma vie je fais l'inventaire
Mécréant et rastaquouère
Sûr que j'irai en enfer
A quoi bon perdre du temps
Au rite de l'enterrement

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

Des planches de bois qui m'encerclent
Je fais sauter le couvercle
Puis je bondis du corbillard
J'atterris sur le trottoir
Et à la vitesse maxi
Je m'engouffre dans un taxi
"Descendez, je prends pas les morts"
Me dit le chauffeur butor

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

Au chauffeur je rétorque:
"Tu perds du pognon duchnoque
Je te donne les dents en or
Que m'ont laissées les croque-mort
Emmène-moi Place de l'Enfer
Au bar de M'sieur Lucifer"
"OK" fait le chauffeur cupide
Qui démarre comme un bolide

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

Arrivé Place de l'Enfer
Y'avait un bistrot d'ouvert
Je ne pouvais pas me tromper
C'était le bar des damnés
Je poussai la porte du bar
Vint vers moi un malabar
Et il se mit à gueuler :
"Ici c'est un club privé !"

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

"Eh! Dis donc ça va comme ça!"
Que j'réponds au gros poussah
"Je suis un fils de Satan
C'est sûr que papa m'attend"
J'entendis un ricanement
Une sorte de rire dément
Qui me donna froid dans le dos
Et me glaça jusqu'aux os

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

J'aperçus dans un halo
Le diable en chair et en os
Etait accoudé au zinc
Avait l'air un peu brindezingue
Je m'approchai pas très fier
Et pour détendre l'atmosphère
Je criai : " c'est ma tournée ! "
Et je me mis à chanter:

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer

Je vis alors le démon
Me tendre un paquet de biftons
M'ordonna en haussant le ton:
"Prends ça, c'est tout mon pognon!
J'investis dans la chanson
Surtout ne me fais pas marron
Et je te renvoie sur terre
Tu vas m'faire le tube d'enfer"

Tube d'enfer, feu d'enfer
Vive monsieur Lucifer






Petite mendigote

Frêle mendigote
Debout sous la flotte
Pieds nus qui clapotent
L'air un peu idiote
Elle est toute pâlotte
Et même elle grelotte

Mais pour l'anecdote
Que je trouve rigolote
Je la ravigote
Avec deux calottes

Claquant des quenottes
La v'là qui sanglote
Pleure pas petite sotte
Je suis Don Quichotte
Que je lui chuchote
D'une voix qui dorlote

Mais pour l'anecdote
Que je trouve rigolote
Je la defagote
Retire sa culotte

Elle est maigriotte
Je préfère les boulottes
Mais fautes de compote
On se tape des biscottes
Et j'te la bécote
Sur sa p'tite pissotte

Et pour l'anecdote
Que je trouve rigolote
Je rentre ma carotte
Au coeur de sa motte

J'vide mes échalotes
J'attends qu'elle gigote
La pauvre elle toussote
Et puis elle crachote
Baiser sous la flotte
C'est de la gnognotte

Et pour l'anecdote
Que je trouve rigolote
Je la remmaillote
Lui promet un yacht

Elle me colle aux bottes
Rêvant de bank-notes
Plein ses petites menottes
Et même qu'elle sirote
Un jus de bergamote
A bord de mon yacht

Mais pour l'anecdote
Que je trouve rigolote
Je l'ai appelée : "lolotte"
Elle n'est pas manchote
Et tire ma roulotte
Quand j'crie "hue! cocotte!"






Cot cot codet

Famille des gallinacés
Avec jabot et gésier
Une petite fleur sur la tête
Rouge qu'on appelle crête
J'ai rien contre les bérets
Mais une fleur c'est plus coquet

Refrain
Cot cot cot codet
Cot cot cot codet
J'suis une poule pondeuse
J'suis une poule heureuse
Cot cot cot codet
Je gratte la terre avec mes pattes
Cot cot cot codet
Je gratte la terre avec mes pattes

Accroupie dans mon pondoir
Sur mon ventre laboratoire
Je sens venir l'oeuf
Dans ma tête ça fait teuf! teuf!
Ceux qui n'ont jamais pondu
Quel plaisir ils ont perdu

Refrain

Quand me fait l'amour le coq
Jamais la peur d'être en cloque
Pilule et préservatif
Rendent l'acte rébarbatif
Ah! Je plains les mammifères
Au sexe rudimentaire

Refrain

Lors qu'arrive la fin de ma vie
Je deviens une poule au riz
Le riz est un légume noble
C'est pas de la patate ignoble
Un linceul en beau riz blanc
Mieux qu'un cercueil en bois blanc

Refrain
Cot cot cot codet
Cot cot cot codet
J'suis une poule pondeuse
J'suis une poule heureuse
Cot cot cot codet
Je gratte le riz avec mes pattes
Cot cot cot codet
Je gratte le riz avec mes pattes






Debout, connard!

Debout, connard, c'est l'heure!
Dernière cigarette ou tartine de beurre ?
Non merci, m'sieur l'avocat,
Mais le beurre entre les repas,
j'le digère pas.
Primate condamné,
Quelle est ta dernière volonté ?
Ah, pisser dans un lavabo,
Y'a rien de plus beau!

Connard au sang,
Canard innocent,
Connard innocent,
Canard au sang.
Chef à la guillotine,
Chef à la cuisine,
Connard au sang,
Canard innocent,
Connard innocent,
Canard au sang.
Chef à la guillotine,
Chef à la cuisine,
Garçon, les rince-doigts !
Et un verre de Badoit !

Debout, canard, c'est l'heure !
Dernière cigarette ou pâtée de maïs ?
Non, m'sieur le fermier
Mais entre les repas, le maïs,
Ca me reste sur le gésier.
Palmipède condamné,
Quelle est ta dernière volonté ?
Ah, me taper une cane sur une toile cirée,
Y'a rien de plus gai !

Aïe! Aïe! Aïe!
Coin! Coin! Coin!
Aïe! Aïe! Coin!
Où est la différence, hein ?
Coin! Coin! Coin!
Ah, voilà une bonne question,
Professeur Choron !






Pâté de foie

Il était une fois
Un malade du foie
Qui ne buvait ma foi
Qu'un verre à la fois
Mais cela toutefois
Par jour soixante fois

Son père autrefois
Lui a dit cent fois
Attention ton foie
Bois pas autant de fois

Il arrive parfois
Qu'une cirrhose du foie
Fait grossir le foie
De quatre à cinq fois

Je suis de bonne foi
Je l'ai vu une fois
Et le malade du foie
Répondait chaque fois

Mais non, mais des fois
Tu veux me foutre les foies
Occupe-toi de ton foie
Et merde une bonne fois

Oui je bois quelques fois
Et même si des fois
J'y regarde à deux fois
Je jure sur ma foi

Que je me fous de mon foie
Je boirai mille fois
On ne crève qu'une fois!






Radio zinzin

Allô radio zinzin ?
Ici madame machin
Oui, allez-y chère madame
Racontez-nous votre drame

J'ai adopté un enfant nègre
Mais il ne me plait plus
Est-ce que j'peux en faire un zèbre
En mettant de la peinture dessus ?

Ah! Voilà une bonne question
Pour le professeur Choron
Zinzin zinzin
Radio zinzin

Allô radio zinzin ?
Encore madame machin

Mon mari éjaculateur précoce
Sur le matelas sème les gosses
Ejaculera-t-il moins vite
Si je fais un noeud au bout de sa bite ?

Ah! Voilà une bonne question
Pour le professeur Choron
Zinzin zinzin
Radio zinzin

Allô radio zinzin ?
Toujours madame machin

Quand mon chien voit l'pape à la télé
Il montre ses crocs et il aboie
Si je mets des hosties dans sa pâtée
Retrouvera-t-il un jour la foi ?

Ah! Voilà une bonne question
Pour le professeur Choron
Zinzin zinzin
Radio zinzin

Allô radio zinzin ?
De nouveau madame machin

Je reçois des amis à dîner
Et je voudrais les étonner
J'ai fait caca dans une assiette
Puis-je ajouter des noisettes ?

Ah! Voilà une bonne question
Pour le professeur Choron
Zinzin zinzin
Radio zinzin






Pour chanter avec les voisins

Adieu vagin
Mes couilles sont vides
J'ai du chagrin
La queue humide
Prends vite un bain
Au spermicide
Faire un bambin
Ce serait stupide

Les voisins:
"Bourreaux d'enfant !
Bourreaux d'enfant !"

Adieu vagin
Mes couilles sont vides
Je vais refaire le plein
Ultra rapide
Peut-être que demain
Gorgé de liquide
J'aurai besoin
De ton trou avide

Les voisins:
"Fais le plein chez Leclerc
C'est moins cher !"

Adieu vagin
Mes couilles sont vides
Je dis aux copains
Que t'es pas frigide
Je connais le chemin
Je serai leur guide
Pour que tu ne manques point
De queues rigides

Les voisins:
"Dis-le aussi à l'autobus
Y'a que lui qu'est pas monté dessusse !"






Hymne à la lune

Retire ta culotte
Et retrousse ta cotte
Monte sur le divan
Penche-toi en avant
J'éteins la lumière
Sauf le luminaire
Juste pour qu'il éclaire
Ton petit derrière

Refrain
Contempler la lune
Caresser la lune
Embrasser la lune
Farfouiller la lune
Cosmonaute fébrile
Phantasme fragile
Qui se brise en miettes
Si la lune pète

Le voyage terre lune
Ca coûte une fortune
En vaisseau spatial
De plus on mange mal
Moi je vais dans la lune
Ca me coûte pas une thune
L'éclat d'un rayon
Sur un p'tit cul rond

Refrain

Petit cul qui luit
Mon astre de nuit
Astronome aux anges
Faut pas qu'on m'dérange
Au clair de ma lune
Même l'ami Pierrot
J'lui vole dans les plumes
S'il vient m'dire un mot

Refrain

Remet ta culotte
Et rabat ta cotte
Descend du divan
Fait jour maintenant
Mais la nuit prochaine
Ma lune sera pleine
Dans le firmament
De mon appartement

Dernier refrain
Embrasser la lune
Farfouiller la lune
Cosmonaute fébrile
Phantasme fragile
Qui se brise en miettes
Si la lune pète
Même un pet de travers
Ca fout tout par terre






Sortez vos mouchoirs

Refrain
C'est Noël, c'est Noël
Sur les toits l'ange Gabriel
Crie la formidable nouvelle
Il est né un petit Jésus
D'un ventre d'une jeune vierge belle
Engrossée sans qu'on monte dessus
Ebahis par l'événement
Pour fêter ça sacrement
Hommes, femmes et enfants
Egorgent les dindes allégrement
Le ciel jette des confettis
Il neige sur le monde ravi

Cependant dans une chaumière
Il va mourir Petit Pierre
De la terrible épidémie
D'une grippe venue d'Albanie
Autour du petit grabataire
Sanglotent le père et la mère
Sur leur poitrine les bras en croix
Et maudissant les chaud et froid
Soudain une vitre éclate
D'où surgit une grosse patte
Qui tourne l'espagnolette
De la fenêtre de bois blet
Et dans un violent courant d'air
Bondit un grand rastaquouère
L'air menaçant, il s'écrie :
"Haut les mains: la dinde ou la vie!"

Refrain

Cependant dans une chaumière
Il a rendu l'âme Petit Pierre
Mais dans la chambre mortuaire
Tremblent le père et la mère
Devant le bandit menaçant
Et montrant du doigt leur enfant
Ils bredouillent entre leurs dents
"Cher Monsieur le Chenapan
Il n'y a pas de dinde ici
Car notre enfant n'a plus de vie
Allez plutôt chez le voisin
Il a plumé une dinde ce matin
N'avons pas le coeur à la fête
Touchez pour en avoir le coeur net"
Alors le forban s'approchant
Posa une main sur l'enfant
Il constata et s'écria
"C'est vrai qu'il n'est plus que froid !"
Puis par la fenêtre disparut
Aussi vite qu'il était venu

Refrain

Cependant dans une chaumière
Près du cadavre du Petit Pierre
Le père hurle à sa concubine
"Fonce vite à la cuisine
A cause de cet enfoiré-là
Qui nous a tenu la jambe là
La dinde au four va être trop cuite
Peut-être réduite en anthracite
Et souviens-toi que j'aime pas les ailes
Jette-les dans le lit du petit
Elles se colleront à ses aisselles
Pour qu'il s'envole au paradis"

Dernier refrain

C'est Noël, c'est Noël
Petit Pierre à tire d'aile
Est arrivé au paradis
Dieu l'empoignant par les ailes
Dit : " je vais te manger mon petit
Car aujourd'hui c'est Noël
Et y a pas de dinde au paradis"
Le ciel jette du duvet blanc
C'est Dieu qui déplume l'enfant






Le tube de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Je suis dans une sacrée merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Dans les poches pas un sou de merde
Même pas de quoi me payer une merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
J'ai rencontré mon banquier de merde
Pour avoir un crédit de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Mon compte était à moins merde
Il m'a jeté comme une merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Et puis les huissiers "mange-merde"
Veulent saisir mes meubles de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Faut que je trouve un boulot de merde
Même vendeur de pompes à merde
Avec un salaire de merde
Pourvu que ça me sorte de la merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Dans cette atmosphère de merde
Mon cerveau est un tas de merde
Je n'ai que des idées de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Je vais écrire une chanson de merde
Rien que des paroles de merde
Avec une musique de merde
Ca fera un tube de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Premier au Top des cinquante merdes
On achètera mon disque de merde
Pour agiter les écrase-merde
Sur une rythmique de merde

Merde ! merde ! merde ! merde !
Riche comme un nabab de merde
A tous les gens, les pauvres merdes
Merde ! merde ! Je dirai merde !
Merde ! merde ! Et mille fois merde !






Contine Blue

La dame qui garde la crèche
Elle m'emmène faire mon pipi
Dans un coin noir de la crèche
Elle me tient mon petit zizi
La dernière goutte elle la lèche
En faisant "glouglou, guilli"
Et moi je cherche le gros bonbon
Qu'elle a mis dans ses nichons

Refrain

Ainsi font font font
Les petites marionnettes
Ainsi font font font
Tirent trois p'tits coups et puis s'en vont

Le professeur de piano
Do ré mi fa sol la si do
A aussi une trompette
Qui dépasse de sa braguette
Et quand je souffle dedans
Y'a pas de son, mais ça apprend
L'prof m'appelle son petit Mozart
Et y me donne un carambar

Refrain

Le chauffeur du car scolaire
Joue avec nous comme un grand frère
Nous fait pencher en avant
La tête dans la boîte à gants
Il nous enfonce dans le derrière
Un truc rond, dur comme du fer
C'est le jeu de la devinette
"Est-ce une canette ou sa quéquette ?"

Refrain

A l'école y'a l'instit
Qui m'a fait joindre les doigts
Et il s'est servi de sa bite
Pour me taper sur les doigts
Quand je l'ai dit à ma maman
Elle m'a répondu franchement
"Des coups de bite, mon pauvre enfant
T'en prendra jamais autant que ta p'tite maman"

Refrain






La baraka

Vous me croirez si vous voulez
Un jour ça m'est arrivé
J'étais perdu dans le désert
Rien que du sable et pas une bière
J'allais donc crever de soif
Horrible pour un boit-sans-soif
Enfin il fallait s'y faire
Se préparer pour l'enfer
Je m'allongeais près d'une dune
Pour cracher l'âme vers la lune
Pris de fièvre et de délire
Secoué d'éclats de rire
Je braillais n'importe quoi
Zim ! Boum ! Sésame ouvre-toi !
Devant mes yeux ébahis
La dune de sable s'ouvrit
A l'intérieur un bar cossu
Avec une enseigne au-dessus
"Aux amis d'Ali Baba"
Champagne ! que je crie au loufiat
Quelle biture ce jour-là !
Ah! les gars je vous raconte pas

Refrain
Baraka ! Baraka ! Baraka !
La chance est là
Baraka ! Baraka ! Baraka !
Ca se commande pas

Vous me croirez si vous voulez
Un jour ça m'est arrivé
Patron de bordel à Hong-Kong
Des putes marchant au coup de gong
Du client américain
Des dollars à la poclain
Plein aux as sans riffifi
Jusqu'à une putain de nuit
J'avais éteint les néons
Mis au lit mes filles de joie
Et seul je comptais mes ronds
Tout à coup en face de moi
Je vis la gueule d'un chinois
Qu'étais venu en tapinois
Il tournait au bout de son doigt
Un calibre onze quarante-trois
Mon coeur battit la breloque
Sans arme devant le chinetoque
Allez aboule la comptée
Qui me dit super énervé
Hé niaquoué va te faire têter
L'gland par les canards laqués
Que je réponds instinctivement
Ca c'est mon tempérament
Alors rapide comme l'éclair
Le chinois met le révolver
Sur mon front qui passe au vert
Mais l'froid du canon en fer
M'oblige à éternuer
La balle passa à côté

Refrain

Vous croirez si vous voulez
Un jour ça m'est arrivé
Je parcourais l'Amazonie
A la recherche d'une ethnie
Groupe isolé d'êtres humains
Adorateurs de Saint Glin-Glin
Dans la forêt tropicale
J'avançais tant bien que mal
Quand un serpent boa
S'enroula autour de moi
J'allai mourir étouffé
Dans mes poumons compressés
L'air commençait à manquer
Suffocant et paniqué
Pour prendre l'air un dernier coup
Je dénoue le foulard de mon cou
D'un coup de gueule le boa
Du foulard il s'empara
Puis il fila ventre à terre
Pensant que je courais derrière
C'était un serpent loubard
Qu'en voulait qu'à mon foulard

Refrain

Vous me croirez si vous voulez
Un jour ça m'est arrivé
Chez Barnum trapéziste
A trente mètres au-dessus de la piste
Numéro unique au monde
Réglé au millième de seconde
Ce jour-là j'étais patraque
Coup de pompe ou super trac
J'avalais vingt-cinq pernods
Avant de grimper au chapiteau
Rataplan! roulement de tambour
J'démarre dans le vide au quart de tour
A la rencontre des deux bras
Du partenaire accroche-toi là
J'avais forcé sur le pernod
Pour l'autre avec quatre bras
J'empoignais ceux qu'étaient de trop
Mauvais réflexe qui ne pardonne pas
Ce fut la chute ultrarapide
Avec la trouille qui mord le bide
Tout ce que contenait mes intestins
A rempli mon slip en satin
J'ai touché sur l'arrière-train
A l'aise comme sur un coussin

Refrain






Boum boum badaboum vroum vroum

Résidence du bloc moteur
Appartement sans chaleur
Dans leur chambre cylindrique
Au mur glacé métallique
Madame bielle, monsieur piston
Dorment d'un soleil de plomb
Cependant non loin de là
Se prépare un attentat

Refrain
Boum boum badaboum vroum vroum

Au bar du carburateur
Discutent deux conspirateurs
C'est octane et oxygène
Dangereux énergumènes
Attendent la blonde étincelle
Une vraie fouteuse de bordel

Refrain

Ah! la voilà qui survient
Vrai spectacle vésuvien
Chevelure couleur de feu
Embrasement voluptueux
Elle se dirige vers le bar
En tortillant du pétard
Puis se frotte aux deux loubards
Et tout à coup, c'est le chambard !

Refrain

Au dedans du bloc moteur
Aussitôt c'est la terreur
Dans leur chambre cylindrique
Pris d'effroi et de panique
Madame bielle, monsieur piston
Gesticulent en font des bonds
Du plancher jusqu'au plafond
A chaque détonation

Refrain

Et dans le tohu-bohu
De la chambre sans issue
Ils appellent leur maman
Par le tuyau d'échappement
Mais leurs appels restent en rade
Noyés dans la pétarade

Refrain






Meuh ! Meuh ! La queue de boeuf

J'étais bébé taurillon
On m'a coupé les roustons
Je suis devenu moins nerveux
Je suis devenu un gros boeuf
Mon ancêtre était l'aurochs
Animal un peu baroque
Traînait une tonne de bidoche
Au bout d'une petite caboche

Refrain
Meuh ! Meuh ! La queue de bœuf
C'est bon dans le pot au feu ( ter )
Meuh ! Meuh ! La queue de bœuf
Dans le pot au feu y'a pas mieux

Courait les plaines de l'Europe
Mais à cause qu'il était myope
N'avait pas vu que dans le décor
Y'avait plein d'hommes carnivores
Cette myopie fut fatale
S'est retrouvé sur l'étal
Des bouchers l'ont découpé
En tranches pour les monnayer

Refrain

Mon univers est restreint
Le nez sur la chute de reins
Des bœufs qui marchent devant moi
Et chient souvent de surcroît
Rien d'pire que l'hérédité
Suis bœuf pour l'éternité
Même si on m'rend mes roustons
Mon destin c'est le mironton

Refrain






Tripes à l'air

La semaine démarre très fort
L'horreur bat tous les records
Des infirmiers cannibales
Font les titres du journal
Dévoraient les nouveaux-nés
Dans une maternité
Après avoir cuit les gosses
Les monstres faisaient la noce
Accompagnant de grands vins
Le ragoût de chérubins
Ca m'a coupé l'appétit
J'ai sauté le repas de midi

Refrain
Abonné à "tripes à l'air"
Le journal de faits divers
Je ne pourrai pas vivre sans
Lire mon canard au sang
Ah bon sang, bon sang de bon sang
Qu'elle serait triste ma vie sans sang

Mardi Mercredi Jeudi
Tremblements de terre en série
Cent mille corps ensevelis
Sous des tonnes d'éboulis
Les photos je les découpe
Je les regarde à la loupe
Dans le tas d'agglomérat
Je distingue même des rats
Qui dévorent les oreilles
Sur le tête d'une petite vieille
Un spectacle insoutenable
Sans une bouteille sur la table

Refrain

Fin de semaine tragique
Dans le monde c'est la panique
Un virus mystérieux
Ronge la prunelle des yeux
Déjà des millions de gens
Sont devenus non-voyants
Et sur les passages cloutés
On racle des chairs écrasées
Oh là là quel monde on vit
Pour m'en remettre,
J'me remets au lit

Refrain

Le Dimanche, je tourne en rond
Pas de facteur à l'horizon
Pour m'apporter des nouvelles
De notre monde cruel
Ce qui me fait tenir le coup
C'est que Lundi ça vaudra le coup
Après le week-end c'est normal
Des morts y'en a plein le journal
Heureusement pour les compter
J'ai ma machine à calculer
Chouette ! J'en ai pour mon argent
Je renouvelle mon abonnement

Refrain







Date de création : 28/01/2008 21:29
Dernière modification : 11/08/2008 21:19
Catégorie : Textes -
Page lue 14017 fois
  Suivant